Boire ou ne pas boire, là est la question (au sauna)


Faut-il s’hydrater avant, pendant et après les passages au sauna ? Quelles sont les meilleures options et pourquoi ?

Selon vos objectifs, toutes les réponses sont correctes :

-    Si vous ne buvez pas pendant le sauna, le sang puisera dans la lymphe et le sérum extracellulaire, éliminant plus profondément les déchets. Ne pas boire augmente la qualité du nettoyage du corps, mais il est aussi plus fatiguant pour le corps.

-    Si vous buvez pendant le sauna, l’eau qui sera éliminée sera en partie l’eau que vous venez de mettre en circulation. C’est bien si le corps est fatigué est que vous préférez éviter un nettoyage trop profond, qui pourrait être épuisant.
C’est bien aussi si votre sang est très chargé et que vous avez des capacités d’élimination réduites, ainsi que des problèmes de filtration rénale ou des calculs.

Dans tous les cas, buvez après le sauna, en préférant une eau faiblement minéralisée avec peu de résidus secs. Si vous buvez l’eau du robinet pensez à la filtrer.


La perte d’eau peut vous donner l’impression que vous avez perdu un peu de poids, mais ce n’est que de l’eau !


A lire aussi : Comment pratiquer le sauna ?

14 commentaires

Comment pratiquer le sauna?

 

Très fréquemment utilisé en naturopathie, le sauna permet d’éliminer les déchets de l’organisme grâce à la transpiration. Dans les pays du nord, le sauna fait même partie intégrante de la maison au même titre que la salle de bain. Dans l’hexagone, on le retrouve parfois dans les salles de sport ou dans les spas… encore faut-il qu’il soit bien utilisé. Explications du protocole :

1. La brosse à sec
Le matin, à jeun, commencez d’abord par brosser votre peau sèche avec une brosse de massage en matière naturelle. L’objectif est d’activer la circulation et de préparer votre peau à une meilleure sudation.

2. La douche, chaude ou tiède
Pour nettoyer votre peau et réchauffer votre corps. Ne mouillez pas vos cheveux.
Il est important d’entrer au sauna le corps chaud et sec.

3. Dans le sauna : entre 8 et 15 minutes
Installez-vous confortablement, allongé ou assis avec les pieds au même niveau que le corps. La température étant plus fraiche en bas du sauna, il est important de maintenir un niveau homogène de chaleur dans les jambes pour équilibrer les flux liquidiens.
Évitez de chercher à vous distraire par de la lecture et profitez-en pour vous détendre vraiment et vider votre esprit.

Restez dans le sauna le temps de transpirer d’un peu partout. L’important n’est pas de suer des litres d’eau en une seule fois, il est préférable de multiplier les passages.
Ne dépassez pas 15 minutes.

4. La douche fraîche
Sortez du sauna et prenez une douche fraiche, en commençant par le bas du corps, des pieds jusqu’au cou et le visage. Ne mouillez pas vos cheveux si vous prévoyez de retourner au sauna. Ne vous obligez pas à prendre une douche glacée, la sensation de froid suffit. Séchez-vous bien et couvrez-vous.
Le petit plus au Moulin de Grouches : vous pouvez prendre une douche extérieure avec l’eau de la rivière, vivifiante !

5- Le repos
Allongez-vous bien au chaud dans un peignoir et reposez vous une quinzaine de minutes, le temps pour l’organisme de retrouver une normalisation des fonctions. Il est fréquent de continuer à transpirer pendant ce temps de repos.

6- Répétez l’opération et laissez-vous tenter par un massage
Si les extrémités se sont refroidies, prenez à nouveau une douche chaude et séchez-vous avant d’entrer dans le sauna. Si vous en avez la possibilité, offrez-vous un massage drainant des tissus d’une demi-heure, entre le deuxième et le troisième passage au sauna. La remise en circulation des déchets tissulaires sera facilitée et vous pourrez mieux les évacuer lors du dernier passage.

Un bon sauna prend du temps !
1 passage au sauna + 15 minutes de repos = 30 minutes
2 passages au sauna + 2 fois 15 minutes de repos = 1 heure
3 passage au sauna + 3 fois 15 minutes de repos = 1h30
3 passages au sauna + 1 massage drainant + 3 fois 15 minutes de repos = 2 heures

Avertissements :
Avant le sauna, demandez conseil auprès d’un naturopathe si vous souffrez d’une pathologie, d’une fatigue importante ou si vous êtes enceinte.
Pendant le sauna, si vous êtes très fatigué ou que votre corps ne se réchauffe pas spontanément après la douche fraîche, limitez vous à un seul passage.

Découvrez aussi l’ouvrage incontournable d’Alain Rousseaux, Retrouver et conserver sa santé par le sauna. Victime de son succès, l’ouvrage est en cours de réédition, un peu de patience !

A lire aussi : De quoi ai-je besoin pour vivre ma détox simplement ?

0 commentaires

Mémo, les aliments les plus alcalins

 

Dans notre société occidentale, la consommation d’aliments acidifiants est presque la règle. Or, si votre organisme est fortement chargé en acides, vous êtes plus susceptible de fabriquer des troubles. Comment alcaliniser son organisme ? Quels aliments favoriser ?

Privilégiez les aliments d’origine biologique, locaux et de saison :
- Les légumes verts : haricot vert, salade/laitue, mâche, choux, brocoli, fenouil, courgette
- Les légumes colorés : betterave, carotte, céleri rave, maïs, poivron doux, jus de légumes (à l’exception de la tomate !)
- La patate douce, la pomme de terre, le topinambour, l’igname, le potiron, le potimarron, les courges, les rutabagas
- Les champignons
- Les fruits mûrs (en particulier la banane, la figue, la poire)
- La châtaigne
- Les fruits secs sauf les abricots (choisir en priorité : datte, raisin, figue, banane)
- Les noix du Brésil
- La purée d’amande
- L’olive noire, l’avocat
- Le persil, le basilic, la ciboulette, les pousses de luzerne…
- Le sucre complet non raffiné avec modération (rapadura, muscovado),

Quelques autres règles en hygiène de vie pour alcaliniser votre organisme : reposez-vous suffisamment et oxygénez-vous dans la nature, respirez à pleins poumons l’air de la forêt, la campagne, la mer et la montagne aussi souvent que possible.

Les aliments acidifiants au quotidien, à consommer avec modération, et à équilibrer avec des aliments ci-dessus :
- La viande rouge et la charcuterie, la viande blanche, le fromage (surtout de vache), les œufs et le poisson
- Les huiles végétales raffinées/hydrogénées, le beurre et les produits laitiers
- Le pain blanc et les céréales raffinées, les pâtes et les aliments dérivés des céréales
- Le sucre blanc raffiné, sucre roux/brun, cassonade, sucre glace
- Les fruits pas mûrs, certains fruits et légumes acides (tomate, groseille, cassis, framboise par exemple). Le corps est en mesure de traiter une légère acidité naturelle du fruit s’il a assez de vitalité… mais attention à la fatigue et aux saisons froides.
- Les légumineuses, la choucroute, les aliments lacto-fermentés, les cornichons…
- Les sucreries, les viennoiseries, les pâtisseries, le chocolat, la confiture
- Les épices,
- Les levures alimentaires,
- Les sodas, les boissons industrielles sucrées, le café, le cacao, l’alcool
- Les aliments cuits à une haute température (gratin, cocotte minute, grillade…)

A lire aussi : Pourquoi faire une détox ?

 

0 commentaires

De quoi ai-je besoin pour vivre ma détox simplement ?

 

Quelques points essentiels pour vivre sa détox en toute sérénité. Dans un centre avec un accompagnement naturopathique ou à la maison :

1. Du temps :
- pour dormir un peu plus longtemps pendant la période.
- pour faire plus de sport / sauna / massages et les autres techniques que vous aurez envie d’essayer pour vous faire du bien !
- pour faire quelques courses, préparer des infusions/des jus/des repas légers avec des produits bio… c’est essentiel.

2. D’eau : en bouteille ou filtrée, c’est vous qui voyez, mais évitez l’eau du robinet qui a stagné dans les tuyaux. Le must : l’eau filtrée puis revitalisée dans une carafe revitalisante.

3. De plantes en vrac ou en sachets à infuser : ortie, romarin, artichaut, pissenlit, reine des prés,…  

4. D’un accès à la nature, une forêt, une montagne, la mer !

5. Fruits et légumes de saison !  Bio et plutôt de production locale.

6. D’un équipement pratique à la maison : kit à lavement, bouillotte, bouilloire / casserole, cuiseur vapeur ou paniers en bambou pour la cuisson vapeur.

7. D’une salle de sport, d’un sauna et d’un centre de massage si c’est possible !

8. De bonnes vibrations ! De la bienveillance, envers vous-même et autour de vous. Si besoin, créez vous une bulle pour vous ressourcer en toute sérénité.

A lire également : Mémo, les plantes de la détox

4 commentaires

Un petit lavement ?

Le sujet est un peu tabou, sauf dans le milieu de la santé naturelle. Faire un lavement est la méthode de nettoyage du côlon la plus simple du monde à mettre en œuvre, et très économique.

Le lavement est à pratiquer de préférence à jeun ou loin du dernier repas : par exemple le matin au réveil avant de déjeuner, ou bien avant les repas de midi et du soir. Vous aurez besoin d’un kit à lavement, vous pouvez aussi commencer avec une simple poire achetée en pharmacie (vide, que vous pourrez remplir d’eau) avant de faire l’acquisition d’une poche ou d’un bock à lavement qui contiendra plus d’eau.

Comment ça marche :
En utilisant de l’eau tiède (autour de 37°), on rempli la poche. Ensuite, on laisse l’eau s’échapper du tuyau pour enlever les bulles d’air. On s’installe généralement allongé dans la salle de bain/les wc, les genoux repliés, sur le côté gauche avant d’insérer la canule,  pour que le liquide puisse se répandre plus facilement dans le côlon descendant. On peut aussi se masser le ventre. Selon la quantité de liquide utilisé (entre 50 cl et 2 litres), l’envie de courir aux toilettes se fait plus ou moins forte. On peut aussi ressentir des spasmes qui ne durent pas. Profitez-en pour masser doucement votre ventre, dans le sens des aiguilles d’une montre.

Les lavements se pratiquent en cure détox (1 à 3 fois par jour), mais également en cas de constipation ou de difficultés intestinales de temps en temps. On évitera de les pratiquer sur un côlon très irrité ou ulcéré.

Et l’hydrothérapie du côlon ?
La technique vise à utiliser plusieurs dizaines de litres d’eau pour nettoyer l’ensemble du système intestinal, avec plusieurs passages. Elle permet d’enlever les matières sèches dans le côlon et les intestins, mais elle enlève également la flore intestinale sur son passage. Il est recommandé de la pratiquer avec un accompagnement naturopathique, une reprise alimentaire stricte et un travail sur la flore intestinale pour veiller sur les bactéries contenues dans votre « deuxième cerveau ».

A lire également : Stimuler les émonctoires pendant la détox

 

1 commentaires

Sortir de la détox : l’alimentation à favoriser

Vous venez de faire une détox ? Bravo ! La reprise alimentaire doit se faire en douceur, elle est aussi importante que la détox elle-même si vous voulez conserver tous les bienfaits de cette période « de break ».

Si vous avez jeûné, il est important de reprendre une alimentation progressivement, le corps doit se réhabituer doucement à la nourriture. Comptez 1 jour de réadaptation pour chaque jour de cure (5 jours de jeûne = 5 jours de réadaptation).

Si vous n’avez consommé que du bouillon ou des jus, prenez le temps de réintégrer doucement de la nourriture solide.

Dans les deux cas :
1.    d’abord des fruits aux fibres douces, que vous prendrez le temps de mâcher longuement.
2.    le jour suivant des légumes cuits avec un petit peu d’huile de 1ere pression à froid ajoutée après cuisson
3.    ensuite, quelques légumes crus avant de réintégrer des protéines légères comme des amandes, des noix de cajou (non grillées non salées).
4.    enfin, reprenez progressivement les céréales demi-complètes (plutôt sans gluten dans un premier temps : riz, seigle, sarrasin, quinoa…) et les protéines animales (œufs, petits poissons et volaille…) ainsi que les protéines végétales préalablement trempées 12h (pois chiches, lentilles, haricots mungo…).
5.    ne consommez pas de desserts, mangez les fruits en dehors des repas et si vraiment vous désirez une collation sucrée (la plus saine possible ;) ), dégustez-là à l’heure du goûter.*

Profitez de cette nouvelle routine pour garder de bons réflexes et évitez de retourner rapidement vers une nourriture transformée, trop grasse ou trop sucrée. Fuyez le grignotage et faites durer les bienfaits, allégez vos repas !

Évitez de sortir manger dehors et de vous faire inviter chez des amis pendant la période. Prenez le temps de vous approprier chaque nouvel aliment, de le sentir, le goûter, le savourer ! Évaluez justement les quantités et arrêtez dès que vous êtes rassasié. 

*Sauf si vous êtes atteint de diabète.

A lire également : Questions-réponses sur le jeûne

0 commentaires

Savez-vous écouter votre corps ?

Lorsque les curistes arrivent au centre, nous leur posons quelques questions pour connaître leur niveau de vitalité et les inviter à évaluer la qualité de leurs éliminations. C’est un suivi que nous vous proposons de faire chez vous, au quotidien pour vous connaître mieux !

Votre organisme a peut-être des choses importantes à murmurer ou à crier… l’écoutez-vous suffisamment ? Prenez quelques minutes par jour, pour vous, et écoutez votre corps…

Écoutez votre transit intestinal et notez :
> à quelle fréquence vous allez à la selle : plusieurs fois par jour, une fois par jour, une fois tous les deux jours, une fois tous les trois jours, moins souvent ?
> les épisodes de diarrhée ou de constipation
> les inconforts intestinaux : ballonnements (entre les repas ou après les repas), les spasmes, les gazs et autres joyeuseries.

Notez l’état de votre foie :
> comment digérez-vous les repas lourds ou gras ?
> avez-vous des boutons après vos excès
> mal au cœur, des nausées
> fatigue après les repas

Évaluez votre peau :
> boutons, acné
> rougeurs
> la peau qui brille
> plaques d’eczéma
> teint terne
> cernes ou des poches sous les yeux
> transpiration facile à l’effort
> transpiration sans effort
> transpiration difficile

Surveillez vos éliminations rénales :
> de quelle couleur sont vos urines le matin après le réveil : foncées/claires ? Et dans la journée ?
> combien de fois urinez-vous dans une journée ? De quelle couleur sont-elles ensuite ?

Notez aussi vos inconforts répétés s’il y en a : maux de tête, douleurs articulaires, aphtes,  rhumes à répétition, sinusites, syndrome prémenstruel/menstruations douloureuses…

Vous êtes prêt pour mieux vous connaître ! Achetez un petit carnet et notez les améliorations au fil de vos détox, en cure comme chez PranaHvital ou à la maison.

A lire aussi : Pourquoi faire une détox ?

0 commentaires

8 règles à suivre pour une bonne détox

Détoxifier son corps aux changements de saison permet de se mettre en pause, de s’alléger et de se préparer à l’automne et au printemps. Certains choisiront de manger léger (principalement des fruits et des légumes), lorsque d’autre opteront pour une monodiète (de raisin, de pommes, de jus de légumes…) et que les plus courageux se lanceront dans un jeûne (nous recommandons de vous faire accompagner pour vos premier jeûnes). 

Pour la durée, c’est vous qui voyez (3 jours, 8 jours, 1 mois) ! Pour l’intensité aussi, mais il y a des incontournables à respecter. A vos marques, prêts,… c’est parti pour la détox de l'automne.

1.    Eviter le café, le thé, le chocolat, les sodas,…
Tous ces « faux aliments » qui ont pris place dans nos routines quotidiennes. Ils nous réconfortent parfois, mais ils créent aussi un stress subtil sur le foie et sur le système nerveux, justement ce qu’il faut éviter pendant la détox. Ces substances excitantes acidifient le corps et accentuent les déséquilibres. Plus on en consomme, moins on est en forme et on en a besoin !

2.    Ne pas fumer et ne pas boire d’alcool
Deux incontournables… Si vous ne pouvez pas vous en passer et arrêter durablement, essayer au moins le temps de la détox, votre foie s’allègera et vous permettra de vous sentir plus en forme ensuite. Votre corps pourrait aussi en avoir moins besoin au sortir de la détox ;)

3.    Attention à la cuisson des aliments
Plus la température monte, moins il reste de vitamines et d’enzymes ! A partir de 45° c’est déjà trop, vous pouvez opter pour un cuiseur vapeur qui cuira doucement, ou encore simplement blanchir les légumes pour en assouplir les fibres. En effet, celles-ci peuvent être parfois un peu dures pour les intestins enflammés.

4.    Fuir les tentations
Reposez-vous et entourez-vous de personnes qui soutiennent votre « bulle détox ». Sortez de préférence déjeuner dans un bar à smoothies plutôt que dîner dans une brasserie, couchez-vous tôt et tenez-vous éloigné les tentations, par exemple évitez vos boulangeries préférées, changez de trajet le matin !

5.    MAS-TI-QUER (le jus aussi !)
La toute la première phase de la digestion se passe dans la bouche, permettant une digestion mécanique des aliments et, avec la salive, une première dégradation chimique. Et pendant que nous mâchons tranquillement, notre cerveau prend note de la quantité de vitamines, de lipides, de glucides, de protides, d’amidons et de sucres... pour envoyer les premiers signes de satiété quand il est rassasié, c’est essentiel.

6.    Écouter ses sensations
Apprenez à écouter ce que votre organisme vous murmure, avez-vous besoin de vous reposer un peu plus ? Ou au contraire de bouger ? De vous faire masser ? D’être au contact de la nature ? Profitez-en pour être un peu curieux et vous renseigner sur les soins naturels si vous avez des troubles de santé.

7.    Bien vivre les « crises curatives »
La détox permet de « sortir les déchets »… Ce n’est pas forcément drôle tous les jours ! Le corps utilise toutes les portes de sortie possibles, créant des troubles comme des maux de tête, des boutons, des diarrhées, de la fatigue, des rhumes…  Ce n’est pas négatif, au contraire, vous pouvez accompagnez le processus et soulagez les symptômes avec des séances de sauna, des tisanes de plantes etc.

8.    Se ressourcer
En détoxifiant votre organisme, profitez-en pour vider votre tête ! Les fonctions de notre corps sont liées, si l’énergie est entièrement mobilisée par le cerveau cortical, le cerveau physiologique n’en a plus assez. Le reste du corps ne reçoit pas les bonnes informations pour assurer ses fonctions, il s’épuise. Tenez-vous éloigné de votre téléphone et de vos emails, travaillez un peu moins (ou mieux !), dormez plus longtemps et prenez l’air !

Faites-vous accompagner si c’est votre première détox, par un naturopathe ou en vous rendant dans un centre dédié à la détox. Et, en milieu et en fin de période, récompensez-vous du chemin accompli, offrez-vous par exemple un bain chaud, un bon film ou un massage relaxant ☺. 

A lire aussi : Stimuler les émonctoires pendant la détox

0 commentaires

Avantages et inconvénients de la détox ? Questions à Pierre Lefebvre


Pharmacien et naturopathe fondateur de PranaHvital, Pierre Lefebvre nous éclaire sur les bienfaits de la détox, mais aussi de ses petits désagréments passagers. A tester en priorité à l’automne et au printemps, mais aussi dès que l’organisme en ressent le besoin.


Quels sont les avantages de la détox ?

Ils sont nombreux ! En premier lieu, la mise au repos du système digestif. Ballonnements, gazs et autres inconforts intestinaux de l’estomac au côlon s’apaisent. Ensuite, l’élimination des déchets qui surchargent le corps. Tout le trop plein accumulé est invité à sortir par les différentes portes de sortie : on stimulera la peau, le foie, les reins et les poumons. Enfin, et ce n’est pas rien, l’énergie qui n’est pas utilisée pour digérer est disponible pour aller réparer nos déséquilibres un peu partout dans notre organisme !

Qu’en est-il de la faim ?

Très souvent, la sensation de faim n’est qu’un réflexe conditionné par nos habitudes de vie. La vraie faim, la faim cellulaire, n’arrive qu’après quelques jours de détox. L’autre faim passe. Elle vient puis repart, on apprend à la laisser aller.
La détox permet de se reconnecter à ses sensations, de satiété, de faim, mais aussi de plaisir ! Et à mesure que les jours passent, on regagne de l’énergie. On se sent alors de nouveau disponible pour accomplir de nouveau challenge, comme prendre mieux soin de soi.

Pourquoi la détox intrigue ?

La détox peut faire peur, car elle s’accompagne d’effets secondaires pas toujours plaisants : petits boutons, maux de têtes, perturbation du sommeil. En remettant les toxines en mouvement, il faut s’assurer qu’elles sont bien éliminées. Une vraie détoxification se fait sous forme de cure, avec un accompagnement personnalisé en naturopathie, même si vous pouvez essayer quelques jours à la maison. Dans ce dernier cas, sachez respecter vos limites et écouter les réactions de votre corps.

Qui ne doit pas suivre de détox ?

Les femmes enceintes ou qui allaitent, ainsi que les personnes souffrant problèmes de santé lourds ne doivent pas suivre une détox avec une restriction alimentaire sans accompagnement.
Si vous souhaitez prendre soin de vous, les jus de légumes, s’ils ne sont pas les seuls aliments consommés, sont largement recommandés pour leurs vitamines, leurs enzymes et leur cocktail d’anti-oxydants !

 

A lire aussi : Questions-réponses sur le jeûne

0 commentaires

Mémo : les plantes de la détox

Photo Flickr Jeremy Keith
Photo Flickr Jeremy Keith

Quelles plantes choisir pour accompagner la détox ? En infusion, décoction, en application cutanée, en diffusion, mais aussi en compléments alimentaires. A choisir bio ou d’origine contrôlée, soyez curieux et renseignez vous dans vos herboristeries préférées !

Fonction intestinale : bourdaine, mauve, guimauve, prunier, rhubarbe, séné

Fonction hépatique : artichaut, boldo, chardon-marie, pissenlit, radis noir, romarin, desmodium

Fonction biliaire : fenouil, fumeterre, artichaut, absinthe, radis noir

Fonction rénale : queues de cerise, prêle, reine des près, bouleau, pissenlit

Fonction respiratoire
: capucine, eucalyptus, pin sylvestre, niaouli, guimauve, marrube blanc, bouillon blanc, violette

Fonction cardiovasculaire : aubépine, vigne rouge, ginko biloba, marron d’inde, mélilot, noisetier

La peau
: pensée sauvage, bardane, prêle, fumeterre, tilleul, lavande.

En cas de doute, demandez conseil à votre naturopathe ou à votre médecin traitant. Si vous prenez des médicaments, que vous êtes enceinte ou que vous allaitez, renseignez-vous sur les éventuelles contre-indications.

A lire également : Stimuler les émonctoires pendant la détox

1 commentaires