Manger en conscience

L’art primordial de l’homme vrai est d’apprivoiser la nourriture, de la faire vibrer au rythme de son corps.

 

Apprivoiser l’aliment, c’est apprivoiser ses pensées.

 

Vos pensées sont la seule force qui empoisonne ou purifie votre nourriture.

Il vous faut vivifier la matière en la mangeant. Vous avez le don de sublimer ce que vous absorber. Ce n’est pas le travail de votre corps qui doit vous paraître essentiel en cela mais celui de votre esprit , de votre conscience.

Votre amour peut commander de modifier les particules vitales de tout aliment. Il peut lui donner l’influx qui transmue ces particules en vue d’autres incarnations dans les règnes qui sont les leurs. Comprenez donc à quel point la responsabilité de l’homme de cette terre est grande. Il est le milieu des échanges, le champ de transmutation des forces…

Si ton corps réclame la chair de l'animal, donne lui la chaire de l'animal, mais sache que tu absorbes une parcelle du Père qui t'ai donnée avec amour. Soyez-en donc les purs tabernacles, reconnaissez le Divin qui brille en chaque chose...

Extrait de lecture de Daniel Meurois : De Mémoire d'Essenien.

 

 Notre conduite alimentaire ne doit pas être dictée par nos idées, notre mental, notre philosophie ou notre religion... mais par notre corps physique : c'est lui qui intuitivement nous dicte ses besoins. Quelques soient ceux-ci, il est important de consommer des aliments dont l'origine est "propre" car il est urgent de respecter la Terre, les mondes végétal et animal, l'humain qui cultive, cuisine...

L'idée du "mal" est une invention humaine, le "péché" est crée par notre propre pensée qui émet des énergies de basses fréquences !

Ayons donc des pensées "positives", de hautes fréquences, respectueuses, aimantes et choisissons de créer une vie consciente et responsable. Ne brulons pas les étapes dans nos changements alimentaires, ne soyons pas piégés par notre ego (qui pense savoir), mais restons à l'écoute de notre corps qui saura gérer notre évolution en toute harmonie.

Écrire commentaire

Commentaires: 0