Le Café...

Il nous charge de molécules torréfiées que le foie a du mal à éliminer, nous vide de notre énergie vitale, allonge les temps de digestion car diminue l’action des enzymes digestives,  augmente le taux de cholestérol ( consommation de grandes quantités de café bouilli, de café « cafetière » ou de café grec ou turc), élève pendant quelques heures les hormones du stress... 

Voici un article de www.lanutrition.fr :

 

Deux à trois tasses de café par jour font l’effet d’un événement stressant : dans l’heure ou les deux heures, les hormones du stress (adrénaline, noradrénaline et cortisol) montent, la fatigue diminue et la pression artérielle s’élève (de 7 à 10 mm de mercure) et reste élevée plusieurs heures.

Le café pourrait être responsable d’une fuite de calcium et d’une diminution de la densité osseuse qui expose au risque d’ostéoporose. Pour une étude américaine, 96 femmes âgées de 71 ans ont été suivies. Dans le groupe des femmes qui consomment plus de 300 mg de caféine (soit environ trois tasses) la perte osseuse était plus importante trois ans plus tard que chez celles qui consomment moins de 300 mg de caféine. Seraient particulièrement menacées les femmes qui portent une mutation sur un gène qui code pour un récepteur à la vitamine D.

L'effet stimulant du café provient largement de la façon dont elle agit sur les récepteurs de l'adénosine dans la membrane neuronale. L'adénosine est un neuromodulateur du système nerveux central qui possède des récepteurs spécifiques. Lorsque l'adénosine se lie à ses récepteurs, l'activité neuronale ralentit, et vous vous sentez somnolent. L'adénosine facilite donc le sommeil et dilate les vaisseaux sanguins, probablement pour assurer une bonne oxygénation pendant le sommeil.

La caféine agit comme un antagoniste des récepteurs d'adénosine. Cela signifie qu’elle se lie à ces récepteurs et empêche l’adénosine de s’y loger et d’y jouer son rôle de « frein ». L'activité des neurones s’en trouve accélérée. L'activation de nombreux circuits neuronaux par la caféine conduit aussi l’hypophyse à sécréter les hormones qui donnent ordre aux glandes surrénales de produire plus d'adrénaline, qui est une hormone du stress.

L'adrénaline est une « hormone du combat ou de la fuite », donc elle augmente votre niveau d'attention et donne à votre système nerveux dans son ensemble un surcroît d'énergie. C'est exactement l'effet que les buveurs de café recherchent. En général, chaque tasse de café a un certain effet stimulant. Cet effet peut durer plusieurs heures et l'adrénaline et d'autres marqueurs du stress peuvent rester élevés jusqu'à la fin de la journée, pour un peu de café bu dans la matinée.

La caféine peut créer une dépendance physique. Les symptômes de sevrage de la caféine apparaissent 24 à 48 heures après l’arrêt d’une consommation chronique. Il s’agit essentiellement de maux de tête, nausées et somnolence et ils concernent environ une personne sur deux.

Cette dépendance s’explique par le fait que la caféine augmente la production dedopamine dans les circuits cérébraux du plaisir.